Agriculture et Covid-19 : 4 écueils à surmonter.

Assurément, le monde de l’agriculture a été en première ligne lors de cette lutte contre la pandémie causée par le Covid-19. Sans le travail acharné fourni par ces hommes et femmes engagés, notre pays aurait sans nul doute connu les pénuries alimentaires tant redoutées au tout début du confinement. Pour autant, et à quelques jours du déconfinement de l’Hexagone ; le monde agricole est en proie aux affres de l’angoisse. Car après presque deux mois d’arrêt du pays, les agriculteurs français essuient les retombées collatérales de la crise sanitaire. Focus sur quatre conséquences désastreuses du Coronavirus

Une agonie de la vente en direct.

En premier lieu, si le confinement et la fermeture des lieux de rassemblement a indéniablement permis de sauver de nombreuses vies ; il a aussi annihilé tout espoir de vente directe pour les petits agriculteurs. Plus de vente à la ferme ou de marchés fermiers, ce qui implique que certaines récoltes demeurent invendues … Et que les plus petites structures sombrent peu à peu dans la misère.

Un manque de main d’œuvre.

En outre, l’exercice du droit de retrait et le confinement ont assurément posé un problème de main d’œuvre aux agriculteurs, lequel s’avère d’autant plus préjudiciable lors de la saison printanière ; puisque c’est à cette période que se font l’essentiel des travaux des champs. Or, cette année, les travailleurs ont été difficiles à trouver ; malgré les nombreuses initiatives veillant à venir en aide au monde agricole. Et même lorsque l’on en en possession d’outils de pointes destinées à faciliter le quotidien ; l’humain est essentiel.

Un ralentissement des exportations.

Autre malheureux impact directement imputable à la pandémie, celui du ralentissement (voire de la mise en sommeil totale) des exportations. En effet, les denrées agricoles françaises ne sont pas uniquement consommées dans l’Hexagone et circulent dans tout l’espace européen, voire au delà. C’est du reste l’exemple de la viande bovine ; très appréciée de nos voisins italiens. Mais du fait du Covid-19 et de la fermeture des frontières ; une très grande partie de la production n’a pu être écoulée ce qui constitue un important manque à gagner pour le monde agricole.

Une visibilité remise en cause.

Enfin, la pandémie actuelle a mis à mal la tenue de nombreux évènements culturels devant avoir lieu en cette année 2020. Et il en va de même dans l’univers agricole. Or, ces évènements sont particulièrement importants pour les agriculteurs étant donné qu’ils constituent une véritable vitrine sur les besoins, l’utilité et les difficultés de la profession. Lesquelles étaient certes présentes bien avant la crise engendrée par le Covid-19, mais se sont accrues de manière considérable depuis. Or, ces salons et autres rassemblements constituaient des lieux propices aux rencontres, à la réflexion, à la sensibilisation. Et à la prise de décisions. Par conséquent, l’annulation de ces évènements pourrait bien fragiliser encore un peu plus une catégorie de la population française déjà bien éprouvée.

Dès lors, espérons que des mesures suffisantes soient prises pour ne pas faire du monde agricole français l’une des trop nombreuses victimes collatérales de la crise sanitaire …

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.