Focus sur les différentes méthodes de taille – Partie 2/2

Rares sont les consommateurs qui, lorsqu’ils dégustent un bon vin, pensent à tous les efforts fournis pour produire ce breuvage d’exception. Pour autant, nos viticulteurs mobilisent tout leur savoir faire pour cultiver la vigne avec minutie et passion. Et au cœur de leur travail harassant, il y a bien évidemment la taille. Laquelle peut-être (comme cela a été dit plus tôt) « en Guyot » ou en « cordon de Royat ». Ceci dit, d’autres modes de culture peuvent être utilisés. Parmi ceux-ci, la taille dite « en Lyre » et la taille « en gobelets » …

La taille « en Lyre » :

Pour réaliser cette taille bien spécifique, il suffit d’installer deux axes de palissage de sorte à ce qu’ils forment une lyre. Cependant, il est nécessaire que les ceps soient espacés, à raison de trois mètres en chaque rang. Particulièrement prisée dans les Hautes-Côtes-de-Beaune ou du côté du Jura, cette forme de taille a de nombreux avantages. En effet, elle permet une exposition optimale des grappes du fait de l’ouverture élargie du cep. En outre, une expérimentation menée dans le Beaujolais a montré qu’il s’agissait d’une méthode de viticulture idéale pour lutter contre l’érosion du sol. Et qui favorise également le confort du vigneron puisque les vignes étant hautes (elles montent à environ 2 mètres), ce dernier n’est plus obligé de travailler baissé. Ce qui lui évite de solliciter inutilement son dos. Et en matière de goût ? Là encore, la taille « en lyre » semble regorger de bienfaits puisque les raisins qui en résulteraient seraient plus racés, avec une saveur de terroir plus prononcée.

La taille dite « en gobelets » :

Au contraire de la taille « en lyre » que l’on qualifiera de « taille longue », la taille dite « en gobelets » est une taille courte. Ce qui signifie que le cep doit comporter entre deux et cinq bras, lesquels seront garnis de un ou deux coursons comprenant à leur tour un à trois yeux. A vrai dire il s’agit là d’un mode de taille très ancien, remontant à l’Antiquité romaine. Et c’est du reste la méthode la plus utilisée, en France ou ailleurs. Ce qui prouve sans nul doute que son efficacité n’est plus à prouver ! Pour autant, il est nécessaire de disposer d’un bel espace puisque 0,5 mètres minimum (le mieux étant 1 mètre) doivent subsister entre les extrémités des ceps.

Dès lors, vous voici parfaitement informé sur les différents modes de taille de la vigne. Et pourquoi pas, prêts à vous lancer dans l’expérience !

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.